Thèses soutenues

Les thèses sont consultables à l'Ecole Nationale d'Architecture et d'Urbanisme de Tunis, au centre de documentation des études doctorales.

2016 - 2017

 

Cyrine BOUAGILA

Le sacral comme tonalité ambiantale : une aesthétique architecturale du mystérium

Directeur de  thèse : Jean-Pierre Péneau

 

Imène SLAMA

Recherche exploratoire sur les performances ambiantales des immeubles de bureaux contemporains de l’agglomération tunisoise

Directeur de  thèse : Jean-Pierre Péneau, co-encadrement : Hind Karoui.

 

Résumé

Ce travail de recherche est une étude exploratoire sur les performances lumineuses des immeubles de bureaux contemporains de l’agglomération tunisoise, en vue d'en détecter et d'en évaluer l' impact sur le vécu sensible des usagers. Suite à une approche typologique basée sur un balayage photographique et à un repérage spatial des "tendances" touchant l’architecture des immeubles de bureaux construits à Tunis de 1980 à nos jours, nous avons choisi notre échantillon d’étude : Tunisie Leasing, TLG et Engineering Procurement and Project Management, EPPM.

Dans le cadre de notre analyse, nous avons adopté une approche interdisciplinaire de type interactionniste, en ayant recours aux méthodes d’enquêtes, aux mesures des paramètres physiques de la lumière naturelle (niveau d'éclairement, luminance), à la simulation numérique et à l'étude paramétrique de l'éclairage naturel (Ecotect, Radiance, Daysim). Les résultats obtenus nous ont permis de caractériser les effets dus à la lumière du jour, sur le degré de satisfaction ressentie des occupants envers leur lieu de travail. Nous avons tenu également, à intégrer quelques aspects liés aux autres variables environnementales (surchauffe, bruit…), afin d'avoir un aperçu aussi complet que possible, sur les impressions, les attentes et le ressenti des usagers. Aussi, le couplage des données subjectives de l'enquête in situ et des données objectives issues de notre instrumentation, nous a-t-il permis de réfléchir sur des solutions d’optimisation/filtration d’éclairage naturel adapté au climat tunisien et aux nécessités du travail.

Mots-Clés : Ambiances lumineuses, Immeuble de bureaux, Eclairage naturel, Economie d’énergie, Usager/occupant, Eclairement, Luminance, Simulation numérique, Paramétrage de l’éclairage naturel.

 

Malek DEROUICHE

Mise au jour des étapes du processus de conception architecturale orientée ambiance, étude exploratoire de l'apport des instruments de l'informatique nomade dans ce domaine

Directeur de  thèse : Jean-Pierre Péneau.

 

Résumé

Dans ce travail de recherche, nous avons voulu aborder le rôle que peuvent jouer les équipements numériques mobiles dans la conception architecturale orientée ambiances. Nous avons voulu vérifier l’hypothèse stipulant que l’accès facile, des concepteurs, aux applications et aux terminaux mobiles peut les orienter vers une réflexion axée sur les ambiances à travers le volet physique (éclairement, niveau sonore, température, hygrométrie, flux aérauliques, etc.) et sensible (perception et vécu sensible des usagers). Nous avons pour cela tenté de définir certaines étapes spécifiques au processus de conception architecturale orientée ambiances. Nous avons ensuite effectué un repérage des différentes applications mobiles pouvant intervenir dans le cadre de ce processus, nous en avons évalué certaines afin de définir leur pertinence et leur fiabilité. Nous avons par la suite fait tester un certain nombre de ces applications à un corpus d’étudiants de cinquième année de l’École Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis. Nous avons ainsi analysé leur utilisation de ces outils et applications. A la suite de cette expérimentation, nous avons imaginé une solution numérique mobile qui permettrait aux concepteurs, au-delà de  l’usage des outils actuellement disponibles sur le marché, d’intégrer la dimension ambiantale dans leurs  projets.

Mots-clés : Conception, mobile, ambiance, processus, physique, sensible, outils, éclairement, niveau sonore, hygrométrie, température, aéraulique, réseaux sociaux.

 

Salma GHARBI

Identification et caractérisation des ambiances d'un quartier d'habitat collectif de la période de la reconstruction tunisienne de l'après-guerre : cas du quartier d'el Menzah 1 (ex Crémieux ville ) à Tunis

Directeur de  thèse : Azeddine Belakehal.

 

Résumé

Ce travail porte sur un legs architectural et urbain que porte la Tunisie, celui des quartiers d’habitat collectif édifiés pendant la Reconstruction d’après-guerre. Dans un contexte politique, économique et social aussi délicat que difficile, Bernard Zehrfuss et son équipe d’architectes et d’urbanistes ont été appelés à concrétiser une politique de recasement social, visant à reloger rapidement et efficacement la population sinistrée. De ce fait, de nouveaux quartiers, composés d’immeubles en barre, furent conçus autour du centre de Tunis et d’autres villes. Cette manière de penser l’espace était nouvelle et innovante dans le contexte local. En effet, le paysage architectural et urbain connu, à cette époque, à Tunis, était celui de la médina juxtaposée à la ville coloniale. Cette équipe représentait les précurseurs d’une transposition des directives du Mouvement Moderne, né en Europe, dans un nouveau contexte, celui de la Tunisie. Cependant, nous pouvons aisément discerner, dans leurs discours, un attachement à offrir une architecture consciencieuse de son environnement et de ses usagers. Il y avait ainsi, dans leur propos et leur démarche, une réelle volonté de faire vivre aux habitants une expérience de vie particulière dans leur quartier. Un quartier qui est axé sur la vie en communauté, les espaces de loisirs et les zones vertes. Pour ce faire, deux intentions ambiantales sont identifiées : l’ambiance lumineuse et celle aéraulique. Nous essayons de saisir la caractérisation ambiantale du quartier d’El Menzah, œuvre majeure de l’équipe de Zehrfuss, en termes d’habitat, édifiée en plusieurs tranches, dont nous proposons l’étude de la première bâtie entre 1943 et 1953. Ce travail se veut pluridisciplinaire. La prospection méthodologique s’articulera autour de trois approches : l’analyse de la conformation architecturale et urbaine, l’approche physique et l’approche sensible donnant lieu à un diagnostic ambiantal du quartier. Malgré l’état actuel du quartier qui relève de plusieurs actions dégradantes et un déni de toute dimension culturelle et historique par les autorités locales, une ambiance particulière s’en dégage. L’ambiance, qu’elle soit architecturale ou urbaine, peut contribuer à une ré-compréhension du lieu et à sa réévaluation pour une meilleure appréhension du cadre bâti. Pour ce faire, nous tentons dans cette thèse, de caractériser l’ambiance partagée dans ce quartier et d’appréhender à la fois la pensée des architectes-reconstructeurs et leur manière de « faire » cette ambiance, le vécu des habitants et leur appréhension quotidienne de l’espace dans lequel ils évoluent et ce, dans l’espace initialement conçu par les architectes, et celui modifié par les habitants. L’objectif escompté de cette recherche est de définir cette ambiance particulière dans le quartier, qui valorise le lieu, en étant guidée, à la fois, par la configuration morphologique de l’espace public et architectural et par sa dimension sociale comme composante prédominante dans le vécu sensible. 

 

Mots clés : Tunis, El Menzah, habitat collectif, Reconstruction, ambiance, ambiance lumineuse, ambiance aéraulique, vécu sensible, approche pluridisciplinaire

 

 

Eya MAHROUG

Les opérations de reconversion au sein des opérations de reconversion des édifices de la médina de Tunis

Directeur de  thèse : Azeddine Belakehal.

 

Résumé

Le travail de recherche actuel se propose d’étudier l’évolution des ambiances dans les espaces reconvertis de la médina de Tunis, sur la période s’étalant entre la deuxième moitié du 19e siècle et le début du 21e siècle. L’espace de la médina de Tunis ayant connu différentes mutations tout au long de cette période –aussi bien sur les plans politique, social et urbain, engendrant une reconsidération permanente de son statut- constitue de nos jours le centre historique de la capitale, et connaît par ailleurs des travaux de sauvegarde et de réhabilitation permanents, axés notamment sur la reconversion architecturale. Cette réaffectation des lieux pour de nouveaux usages –pratique qui perdure depuis plusieurs siècles- met en avant la problématique du vécu sensoriel dans les édifices historiques, où la réaffectation des lieux engendre de nouvelles manières de vivre très significatives en matière d’atmosphères. Ainsi, la première partie de notre travail s’est axée sur l’étude théorique des opérations de reconversion architecturale, non seulement dans leur aspect législatif, historique, technique et esthétique, mais surtout en considérant leur aspect ambiantal. Cette investigation, appuyée par une étude approfondie de la notion d’Ambiance, a permis d’ailleurs la mise au point d’un modèle théorique permettant l’évaluation des opérations de reconversion étudiées, notamment du point de vue du vécu sensible. Le recours à des techniques de recherche appropriées telles que l’analyse de contenu thématique, l’entretien semi-directif, et le questionnaire, ainsi que l’application du modèle théorique en question, ont permis l’évaluation de trois opérations de reconversion représentatives dans la médina de Tunis. Les résultats obtenus suite à l’enquête menée ont permis d’élaborer un certain nombre de conclusions et de recommandations relatives au traitement des ambiances dans les opérations de reconversion architecturale, particulièrement dans le contexte patrimonial, aussi bien en amont qu’en aval des projets en question.

 

Toumadher AMMAR

Le métissage culturel comme générateur d’ambiances et de formes urbaines spécifiques : Les quartiers de Capaci Piccolo et Capaci Grandi à Sousse, à la croisée des cultures ambiantales et urbaines italienne, française et tunisienne

Cotutelle. Directeurs de  thèse : Jean-Paul Thibaud, Jean-Pierre Péneau. Laboratoire CRESSON, UMR CNRS-MCC 1563 Ambiances architecturales et urbaines, ENSA Grenoble
et de l’Equipe de Recherche sur les Ambiances ERA, ENAU,Tunis.

 

Résumé

La colonisation et l’immigration créent des espaces dits de l’entre-deux, des « espaces in-between », où les limites et les frontières entre identités et cultures sont remises en question, où sont générés de multiples métissages. Dans le cadre de notre recherche nous nous sommes intéressés plus particulièrement à deux quartiers situés en Tunisie, dans la ville de Sousse, dont les noms sont Gabadgi El Foukani et Gabadgi Loutani , ou en sicilien « Capaci Supra e Capaci Jusu ». Ces deux quartiers portent le nom d’une localité sicilienne, Capaci. Le plus intéressant des faits est que ces lieux ont été construits et occupés par des populations mélangées, majoritairement siciliennes issues de l’immigration. Mais il y avait aussi d’autres communautés bien diversifiées du point de vue des nationalités et des croyances. Ces quartiers ont ensuite été progressivement réinvestis par une population exclusivement tunisienne. Le contexte historique et social de ces quartiers, nous a conduit à porter notre attention sur la relation entre les ambiances, l’espace public urbain et la notion de métissage. La vérification de l’hypothèse d’une persistance de caractéristiques ambiantales spécifiques constitue un réel enjeu scientifique pour cette recherche. Nous avons choisi la notion de métissage plus qu’une autre forme de mélange étant donné qu’elle se présente comme une pensée temporelle. Nous avons par conséquent été mené à interroger les ambiances des quartiers en appréhendant le métissage comme devenir, comme processus de transformation né de la rencontre de l’autre, mais aussi comme une expérience intériorisée vécue dans la durée. Notre méthodologie de travail s’est déployée selon trois mouvements, qui se sont croisés et enrichis mutuellement : observer et raconter, décrire, expérimenter. Les deux premières phases se sont plus concentrées sur le terrain, la troisième s’est présentée sous la forme d’une expérimentation développée sous l’égide d’une installation-projection.

Mots-clés : Ambiance, Métissage, Espace public, Interaction, Devenir, Temporalité

 

Mouna ZAIRI

L’ambiance comme enjeu politique  dans l’espace public de Tunis lors du processus révolutionnaire

Cotutelle. Directeurs de  thèse : Henry Torgue, Jean-Pierre Péneau. Laboratoire CRESSON, UMR CNRS-MCC 1563 Ambiances architecturales et urbaines, ENSA Grenoble
et de l’Equipe de Recherche sur les Ambiances ERA, ENAU,Tunis.

 

Résumé

Cette recherche questionne le partage de l’ambiance urbaine par le biais du climat politique. Menée tout au long d’une période exceptionnelle de l’histoire de la Tunisie, elle interroge l’impact de la révolution tunisienne sur le partage du sensible dans l’espace public urbain.

Ce travail repose sur l’hypothèse qu’il y a une mutation ambiantale, engendrée par le processus révolutionnaire, qui s’opère dans l’espace public urbain de Tunis et dont découle de manière sous-jacente un nouveau partage du sensible. Une question fondamentale se pose alors: Quel rôle joue la situation politique dans la définition et la caractérisation de ce nouveau partage su sensible ?

Pour répondre à cette interrogation, nous avons mis en place une méthodologie pluridisciplinaire (approche sensible et qualitative in situ tel que le parcours commenté, la réactivation par l’image,… et une documentation bibliographique sous divers formats tels que les documentaires, les films, les journaux, les ouvrages,…) appliquée à des tissus urbains aux configurations spatiales et aux compositions sociales différentes, mais tous situés dans le Grand Tunis.

Au terme de cette recherche, nous avons pu relever une territorialisation des comportements urbains où le facteur politique intervient directement pour définir autant le domaine du permissif que de l’interdit dans l’espace public.
Ainsi, l’ambiance urbaine n’est pas seulement témoin d’un bouleversement politique, elle en est aussi le porteur et l’enjeu. En mettant au jour ce qui est possible de faire ou de ne pas faire dans l’espace public, elle devient l’objet de la lutte politique.

Mots-clés : Ambiance urbaine, Politique, Partage, Sensible, Révolution

 

2013 - 2014

 

Alia SELLAMI BEN AYED 

Le régime ambiantal dans l'architecture moderniste de Jacques Marmey. Cas du lycée de Carthage.

Directeur de  thèse : Jean-Pierre Péneau

 

2011 - 2012

 

Hind  KAROUI

Sensibilité  aux  ambiances lumineuses dans l’architecture des grandes  demeures husseinites  du XVIIIème - début XIXème siècles

Directeur de  thèse : Jean-Pierre Péneau, co-encadrement : Francis Miguet

( CERMA - UMR CNRS 1563)

 

Résumé

La recherche que nous menons est un essai de reconstitution des ambiances lumineuses dans les grandes demeures des dignitaires du pouvoir beylical du XVIIIe et du début du XIXe siècle (1704-1815), situées dans la médina de Tunis. Notre objectif est de comprendre les rôles respectifs de l' " architecte " et des usagers dans cette " mise en lumière " de l'espace domestique traditionnel tunisois. Deux points essentiels ont articulé notre réflexion. Le premier point concerne le profil des habitants et du chef de la corporation des maîtres-maçons, chargé de la conception et de l'exécution des travaux, le deuxième point porte sur la caractérisation des ambiances lumineuses des espaces de la demeure. Notre méthode d'approche est de type interactionnelle. Elle nous permet de combiner le volet lié à l'histoire-sociale avec le volet expérimental. Cette méthode s'applique à la modélisation géométrique, à la simulation numérique ainsi qu'aux prises de mesures d'éclairement, effectuées dans une des demeures de notre corpus, à savoir dãr Ben Abdallah (quartier Bãb el-Jazîra). Les types de percement et d'éléments de protection solaire qui leur ont été ajoutés, ainsi que leur orientation et leur emplacement dans la demeure, ont été de même analysés. Par ailleurs, à l'aide du logiciel d'éclairement SOLENE (CERMA, UMR, CNRS 1563), nous avons dressé des cartographies d'éclairement, pour décrire trois scènes de vie que nous avons considéré comme étant représentatives de la vie familiale de l'époque. Il s'agit : 1. D'une restitution d'un moment de détente du propriétaire, le ministre Slimãne Kéhia dans son observatoire privé (kushk), 2. D'une rencontre entre son épouse, la princesse Aziza avec ses invitées, dans la salle en " T " de la maison des hôtes, 3. D'une journée de travail, particulièrement laborieuse, vécue par les jeunes servantes noires, à l'occasion de l'approvisionnement annuel de la famille en couscous. Chacune de ces trois scènes se déroulaient à des moments particuliers de l'année et dans un espace spécifique de la demeure. Les résultats obtenus nous ont permis de saisir la relation existante entre les goûts et les désirs des usagers d'une part, les pratiques constructives et le savoir-faire de l' " architecte " d'autre part, avec la qualité lumineuse des espaces habitables. Pourquoi donc ne pas parler d'une " culture de la lumière ", qui se dessine à travers les faits et gestes des habitants et dans leur façon de gérer, d'ajuster et de contrôler les dispositifs d'éclairement par rapport à leur mode de vie, à leurs goûts et aspirations ?

 

Disponible en pdf :

http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00724004

 

Editée par les Presses Académiques Francophones :

http://www.amazon.com/Sensibilit%C3%A9-aux-ambiances-lumineuses-Larchitecture/dp/3841628060

 

Faten HUSSEIN

Construction et expérimentation d'un protocole pour le traitement des ambiances sonores urbaines adapté aux personnes âgées presbyacousiques

Cotutelle. Directeurs de  thèse : Jean Pierre Péneau (ERA, Tunis), Gérard Hégron (IFSTTAR, Nantes), co-encadrement : Pascal Joanne (CERMA - UMR CNRS 1563)

 

Résumé

La question de l’accessibilité des espaces urbains pour les personnes à mobilité réduite et les personnes âgées se pose avec de plus en plus d’acuité. Dans un contexte mondial de vieillissement de la population et d’attention croissante au problème de sécurité des déplacements des piétons âgés en ville, nous nous intéressons à la perception altérée des ambiances sonores urbaines par les personnes âgées atteintes de presbyacousie lors de leurs parcours dans la ville. Ce travail à visée opérationnelle est composé de trois parties.

Tout d’abord nous identifions les configurations urbaines dans lesquelles des situations de danger rencontrées par les personnes âgées presbyacousiques apparaissent pour le registre du sonore. Cette identification est basée sur la notion des scénario-types d’accidents.

Nous construisons ensuite un protocole expérimental corrélant des données qualitatives issues de parcours commentés, des mesures physiologiques du niveau de stress engendré lors de la traversée des configurations précédemment identifiées et un traitement physique du signal sonore. Ce traitement se décline sous plusieurs représentations graphiques permettant de détecter en deux dimensions ces situations de danger : l’évolution temporelle du son, les sonagrammes, les « textures audio » et les images segmentées qui en découlent. La superposition de ces différents niveaux de lecture des ambiances sonores urbains perçues par les personnes âgées presbyacousiques vise à rendre compte de leur complexité suite à cette perception altérée.

Enfin, dans la troisième partie de cette recherche, notre double objectif est d’enrichir la traduction graphique de la dimension sonore en ville telle qu’elle est perçue par une personne âgée presbyacousique et de proposer l’esquisse d’un cahier des charges regroupant des dispositions et dispositifs palliatifs à l’apparition de ces situations de danger en ville pour cette catégorie de citadins afin de leur garantir un usage serein de l’espace urbain.

 

Editée par les Presses Académiques Francophones :
http://www.amazon.com/pied-dans-ville-quand-presbyacousique/dp/3838189469

 

Télécharger
Fiches de présentation des thèses soutenues
Diaporama_ERA_Thèses.pdf
Document Adobe Acrobat 291.9 KB

Mastères soutenus

Les mémoires de masters sont consultables à l'Ecole Nationale d'Architecture et d'Urbanisme de Tunis, au centre de documentation des études doctorales.

Télécharger
Fiches de présentation des mastères.pdf
Document Adobe Acrobat 1.5 MB

2013-2014

Nahla BEJAOUI

Etude exploratoire du rôle ambiantal des matériaux composites renforcés par des plantes à fibres dans le contexte architectural tunisien

JUIN 2013 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement Alia Ben Ayed)

 

La présente recherche tente d’explorer l’apport ambiantal de l’utilisation des plantes à fibres dans la construction dans le contexte tunisien.
Les plantes à fibres sont caractérisées par des propriétés physico-chimiques qui influencent leurs comportements mécaniques de telle sorte qu’il est envisageable de les introduire dans des matériaux de construction peu onéreux, économe en énergie ayant des propriétés esthétiques et ambiantales remarquables. A l’issue d’un travail bibliographique nous avons pu, dans un premier temps, évaluer ces caractéristiques et identifier les plantes les plus à même d’être utilisées dans la construction. Dans un deuxième temps, nous avons vérifié leur compatibilité avec le contexte tunisien en comparant les conditions de leur culture avec les particularités climatiques et géographiques du pays. Puis, nous nous sommes intéressés à l’apport ambiantal de ces plantes à travers l’étude de quelques exemples étrangers. Nous avons pu ainsi envisager des pistes pour leur introduction dans le contexte local.
Mots-clés : plantes à fibres, éco-construction, propriétés physico-chimiques, comportement mécanique, valeur ambiantale.

 

Jihène LAATAOUI

Le phénomène de transition à l'épreuve des sens: analyse sonore des espaces publics intermédiaires

Juin 2013 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement Mohsen Ben Hadj Salem)

Dans ce travail, nous nous sommes intéressés aux ambiances sonores dans l'espace public intermédiaire. La recherche a nécessité une documentation variée sur des travaux scientifiques se rapportant sur les espaces publics intermédiaires, les "entre deux" le phénomène de transition sensible.

Le protocole de recherche a associé deux approches : une approche physique comptant une observation in situ du terrain d’étude et le traitement du signal sonore à partir d’enregistrements sonores et de mesures, et une approche sensible comptant des parcours commentés auprès des usagers de l’espace.

Enfin, les résultats obtenus mettent en évidence le phénomène de transition sonore dans l'espace public intermédiaire et le rôle de cet espace comme modulateur ambiantal entre l'extérieur et l'intérieur et dans le vécu sensible des usagers.

MOTS-CLES :Ambiances sonores, phénomène de transition, espace public intermédiaire, sources sonores, signal sonore, ondes sonores.

 

Basma KRIMI

Bilan d'éclairement et de l'ambiance vécue dans deux maisons de la médina de Tunis: Approche comparative

Juin 2013 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement Hind Karoui)

 

Notre travail de recherche est une exploration micro-ethnologique de l’espace domestique faite à partir d’une étude comparative sur les mini-ajustements et régulation d’ambiances, accomplis dans deux exemples de la médina de Tunis. Notre choix s’est porté sur une maison traditionnelle du XVIIIe siècle et une maison des années 30, occupées aujourd’hui par deux familles tunisiennes.

Nous nous sommes interrogées sur la qualité des ambiances physiques générées par les dispositifs d’ouverture en vue de déterminer leurs degrés de performance lumineuse et thermo-aéraulique respectifs, et voir jusqu’à quelle mesure sont-ils aptes à contrôler les irrégularités liées aux variations saisonnières.A cette fin, et pendant une période de 03 mois, des campagnes de mesures, des séances d’observation et des entretiens ont été programmés  dans le but de comparer les façons de faire des habitants et leurs modes d’occuper et d’utiliser l’espace en rapport avec leurs besoins et leurs attentes en matière d’éclairement, de confort thermique et de ventilation.

MOTS-CLES :Ajustement, ambiance lumineuse, ambiance thermo-aéraulique, appropriation, Confort thermique, contrôle, Dispositif d’ouverture, Elément de protection, Ventilation traversante.

 

Nesrine FERCHICHI

Questions de "trace(s)" des ambiances passées de la médina de Tunis : Le quartier juif

Juin 2013 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement Hind Karoui)

 

Notre travail traite des questions de « traces » des ambiances passées de l’un des plus anciens quartiers de la médina de Tunis. Connue pour son histoire liée à la communauté juive, la Hara a subit, au cours du temps, plusieurs opérations de rénovation et de réaménagement qui ont finit par la transformer en un nouveau quartier, connu aujourd’hui sous le nom d’el Hafsia.

Dans le cadre de cette recherche, nous avons tenté d’explorer les différents « états » de la trace « ambiantale » du quartier, en distinguant ce qui émane du matériel et ce qui peut être considéré comme forme « immatérielle » de la présence d’une chose qui a finit par disparaitre. Aussi, avons-nous structuré notre investigation sur quatre volets traitant respectivement de 1. La trace matérielle produite dans le bâti et l’urbain, 2. La trace écrite révélée dans les romans racontant l’histoire de la Hara, 3. La trace vécue à travers l’occupation et l’appropriation des occupants actuels, et 4. La trace mémorisée, détectée dans les souvenirs et dans les récits de vie des anciennes familles juives.

Une telle exploration de ce qui subsiste aujourd’hui des ambiances du passé, dans un paysage sensoriel qui a subit une grave altération, constitue un moyen pour savoir jusqu’à quelle mesure la caractérisation, le repérage et la récolte des traces, peuvent contribuer dans les opérations de sauvegarde et de réhabilitation des quartiers historiques à forte valeur patrimoniale.

MOTS-CLES :Ambiance, ambiance indiciaire, « archi trace », Empreinte, état, Hara, Indice, Marque, mémoire, Souvenirs, statut, substrat, Témoignage, trace.

 

Dorra BOUGAMRA

La place des ambiances architecturales dans les établissements d'accueil de la personne âgée

Juin 2013 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement Faten Hussein)

 

Nous tentons, à travers ce mémoire, d‟évaluer la place des ambiances architecturales dans un processus de conception prothétique caractérisant les établissements d‟accueil pour personnes âgées. Nous identifions l‟impact des paramètres ambiantaux sur le rapport sensible de la personne âgée au monde qui l‟entoure. Notre travail est scindé en deux grandes parties : la première propose un balayage bibliographique où nous avons étudié les notions d‟ambiance architecturale, de perception altérée, et d‟établissements d‟accueil pour personnes âgées. Un positionnement critique par rapport à ces notions a permis d‟introduire la deuxième partie du travail qui consiste à répertorier les situations de gêne créées suite à une incompatibilité entre les actions requises par cet environnement architectural et les aptitudes physiques et perceptives de la personne âgée qui y réside. Ensuite nous avons procédé à l‟analyse et à l‟interprétation des données recueillies à travers le parcours de la personne âgée interrogée dans les différents espaces de l‟établissement. Notre objectif est de vérifier si une conception « ambiantale » est susceptible de gommer les situations de gêne dans les maisons de retraite.

MOTS-CLES : Ambiance, perception altérée, personne âgée, qualité ambiantale, situations de gêne, établissement d’accueil

 

Farah BEN ABDALLAH

Contribution à l’examen théorique du partage de l’ambiance : la question de l’intersubjectivité

Juin 2013 (Dir. Olfa Meziou, Co-encadrement : Jean-Pierre Péneau)

La recherche sur les ambiances est un champ de recherche assez récent par rapport à ceux des autres disciplines. Ce champ ambiantal est actuellement en plein essor, dans lequel l’intérêt se porte actuellement, outre la modélisation et le donné physique, à la question du sensible, notamment le partage de ce dernier. C’est dans ce cadre que la présente recherche se propose de faire un essai d’instauration du cadre théorique de la recherche sur le partage de l’ambiance.
Le travail se scindera en deux grandes parties : une première qui procèdera à une lecture de la production scientifique, plus précisément les actes du colloque fondateur du Réseau Ambiances, pour dégager les principales notions actuellement présentes dans la recherche sur le partage. Une seconde sera consacrée à une lecture de l’oeuvre de Husserl. Elle se clôturera par un essai de liaison entre la recherche scientifique sur le partage de l’ambiance et la théorie de l’intersubjectivité husserlienne.
MOTS-CLES : Partage de l’Ambiance, Partage du sensible, Intersubjectivité, Sujet, Altérité, Phénoménologie.

2012-2013

Myriam GAROUACHI

L'ajustement manuel des dispositifs d'éclairement traditionnels dans l'espace domestique tunisois

Décembre 2012 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement Hind Karoui et Imène Slama)

 

Dans ce travail, nous avons tenté d’étudier les modalités d’usage contemporaines des différents systèmes d’ouverture spécifiques aux demeures traditionnelles au sein de la Médina de Tunis. Notre objectif est de montrer jusqu’à quel point ces dispositifs, et tout particulièrement les éléments de protection solaire qui leur sont appliqués, sont aptes à résoudre les problèmes d’optimisation de l’éclairage naturel dans les espaces domestiques d’aujourd’hui.

De ce fait, nous nous sommes intéressées à quatre demeures en particulier, en relevant les particularités et les caractéristiques technologiques de la fenêtre en encorbellement, de la fenêtre basse et de la fenêtre haute. Aussi, avons-nous observé les pratiques des usagers d’aujourd’hui, liées aux actes d’ajustement, de réajustement et de dosage de l’intensité lumineuse effectués lors de la manipulation des rideaux, des volets et des grilles en bois ajouré. Plusieurs scénarios ont été relevés donnant lieu à des qualités lumineuses spécifiques. La caractérisation de celles-ci a été menée par le biais de campagnes de mesures in situ.

MOTS-CLES : Adaptabilité, Ajustement, Ambiances lumineuses, Appropriation de l’espace, Bois ajouré, Gannariyya, Niveau d’éclairement, Rideau, Usages, Vécu sensible.

 

Raja GZARA

Approche critique à la reproduction prototypée dans les constructions scolaires du début du vingtième siècle en Tunisie en matière d’éclairement

Décembre 2012 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement Alia Ben Ayed)

 

 

Dans le cadre des recherches sur les ambiances, il s’agit dans cette recherche de mener une étude critique de l’application des directives du courant moderne de l’architecture internationale, en matière d’éclairement des locaux scolaires, dans le contexte climatique tunisien différent de celui de l’Europe du nord.

Le travail s'appuie sur l'école franco-arabe reproduite à partir de plans types au milieu du vingtième siècle sur l'ensemble du territoire tunisien. Il consiste à évaluer les conséquences de cette reproduction en termes d'éclairement et à juger la pertinence des procédés de maîtrise d’ambiance lumineuse mis en oeuvre et des solutions adoptées en fonction des contextes régionaux. Ces solutions concernent l'implantation du bâtiment en fonction de l'orientation favorable, ainsi que le recours aux dispositifs de protection comme les porte-à faux, les galeries, les moucharabiés. A l’issue d’un travail bibliographique concernant, d'une part, le contexte historique de la reconstruction et, d'autre part, les principes et les méthodes d’évaluation des paramètres physiques et sensibles ambiances lumineuses, nous avons entrepris une étude expérimentale dans deux écoles. Dans cette étude nous avons mis en oeuvre des méthodes croisant mesures physiques et enquêtes auprès des utilisateurs. Les mesures, suivies de simulations au moyen du logiciel Solene ont permis d'évaluer les conditions d'ensoleillement et d'éclairement. Les enquêtes ont mis au jour la part de l'ambiance lumineuse dans l'appréciation de l'ambiance globale. La corrélation des résultats physiques et sensibles a permis de porter un regard critique sur la pertinence de la reproduction typifiée de l'école franco-arabe en Tunisie et l'efficacité des solutions adoptées pour le contrôle de l'éclairement.

MOTS-CLES : Etablissement scolaire- Ecole franco-arabe - Production typifiée- Ambiance lumineuse- Procédés de maitrise des ambiances.

 

Hanine KROUT

 

La végétalisation des voies dans la ville européenne à Tunis (1890-1945): incidence ambiantale. Cas d'étude le quartier de la Petite Sicile

Décembre 2012 (Dir. Leila Ammar, co-encadrement Amina Harzallah)

 

La présente recherche portant sur « La végétalisation des voies dans la ville européenne à Tunis : Incidence ambiantale » intègre un nouvel axe de recherche de l’ERA, qui vise à étudier les modalités de mise en oeuvre d’une politique globale de végétalisation en milieu urbain et à en évaluer les conséquences en termes d’ambiance. Ville durable, ville verte, urbanisme vert… des concepts relativement récents qui sont inscrits dans la lignée de l’hygiénisme du XIXe siècle. Un courant apparu dans les grandes villes européennes autorisant à manipuler la forme urbaine pour soigner la société malade de la mauvaise ville, mal bâtie et dénaturée. Partant de cette prise de conscience pour l’amélioration du cadre bâti, nous nous sommes penchés sur les potentialités qu’a offertes le système de végétalisation à la ville « en crise ». A travers une méthodologie diversifiée, nous avons pu combiner le volet historique lié à la structure de l’espace urbain et l’expérience de végétalisation de la fin du XIXe siècle, avec le volet ambiantal expérimental et sensible relatif au modèle de végétalisation établi dans notre zone d’étude (le quartier de la Petite Sicile). Ce manuscrit illustre un travail inscrit dans le cadre d’initiation à la recherche scientifique dans lequel nous avons pu, non seulement, mettre en valeur les données collectées, rattachées à notre sujet, mais aussi offrir des pistes pour entamer une étude plus approfondie ultérieurement.

MOTS-CLES : hygiénisme, réforme, modèle, transposition, végétalisation, arbres d’alignement, parcours, analyse urbaine, ambiances.

 

 

Fatma BEN FRAJ

Caractérisation urbaine et ambiantale du quartier de la Hara de Tunis (1840-1950)

Décembre 2012 (Dir. Leila Ammar, co-encadrement Hind Karoui)

 

Notre travail de recherche traite de la caractérisation urbaine et « ambiantale » de l’ancien quartier de la Hara de Tunis, entre 1850 et 1940. Il s’inscrit dans un des axes développé par l’Equipe de Recherche sur les Ambiances portant sur les espaces publics de référence tunisiens.

Le quartier, objet de notre recherche, connu sous l’appellation « le Ghetto juif », est l’un des plus anciens de la ville de Tunis. Nous allons tenter de restituer ses qualités « ambiantales », en tenant compte des métamorphoses et des transformations qu’il a du subir au fil de son évolution. Un tel travail de rétrospection appelle une documentation riche et variée, allant des plans de réaménagement anciens, jusqu’aux romans et écrits littéraires en passant par les essais scientifiques relatant l’histoire du quartier et de la population qui y habite.

Les ambiances physiques restituées touchent celles des rues et des ruelles mais également celles de l’espace domestique. A cette fin, nous avons mis en scène deux moments représentatifs de la vie dans le quartier : une visite au cimetière par les femmes et un rassemblement familial dans la cour d’une maison. Le but recherché est de mettre en correspondance la typologie urbaine du lieu avec les pratiques au quotidien et les qualités sonores, lumineuses et thermiques des espaces, en vue de dégager les spécificités et les particularités qui font l’unicité du quartier de la Hara de Tunis.

MOTS-CLES : Ambiances, Caractérisation, Restitution, Typologie urbaine, Pratiques, Juifs de Tunis, Scènes de vie, Récits de vie.

 


2011-2012

 

Anis FALFOUL

Les ambiances comme modalités de transitions urbaines

Juin 2012 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement Hanene Ben Slama)

 

La notion d'ambiance urbaine évoque une interaction entre l’organisation spatiale, les fonctions et usages des espaces, la perception de l’usager et les phénomènes physiques correspondants. C’est dans ce cadre que notre recherche s’intègre pour une démarche de caractérisation de la place Beb Bhar. Cette place publique à fortes potentialités, est un lieu emblématique de la ville de Tunis, elle représente le mieux la transition urbaine entre l’ancien tissu dense et organique de la médina et la nouvelle trame urbaine régulière du centre ville. À travers notre problématique, on tend à comprendre l'articulation existant entre l’espace de transition comme assise spatiale fondée sur la morphologie et les tracés urbains, ainsi que la perception des usagers fondée sur les phénomènes perceptifs et les qualités sensorielles de l’environnement urbain.

Notre méthodologie de caractérisation consiste à croiser les résultats d’une approche urbaine (analyse typo-morphologique et analyse séquentielle), une approche sensible (observations in-situ et parcours commentés) et une approche physique (mesures acoustiques et lumineuses). Ainsi notre approche analytique vise à caractériser un espace ambiant aux phénomènes instables et éphémères, qui assure l’interaction entre plusieurs paramètres à la foi d’ordres spatial, physique et comportemental. L’interaction entre ces trois dimensions majeures des ambiances urbaines nous permet de mettre en évidence les différentes caractéristiques de notre parcours de transition.

Enfin, les résultats obtenus forment un corpus représentatif des paramètres susceptibles de caractériser les différentes situations d’ambiances urbaines vécues par les usagers. Ils mettent en évidence le phénomène de transition dans la place publique et le rôle des ambiances comme modalités de cette transition urbaine.

Mots-clés

Caractérisation - Ambiances urbaines - Transition urbaine - Parcours urbain - Place publique - Perception sensorielle - Paramètres d’ambiances - Dimension spatiale - Dimension physique - Dimension comportementale. 

 

Sana  LAYEB

Parcours commenté, parcours segmenté: Recherche exploratoire sur les liens entre configurations urbaines et stress sonore en milieu urbain

Juin 2012 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement Mohsen Ben Hadj Salem)

 

Cette recherche s’inscrit dans une thématique de recherche exploratoire sur les formes  sonores urbaines dans le contexte tunisien.  Les  observations sur différents tissus urbains denses nous  montrent  que les  carrefours urbains sont des vrais espaces  de manifestation des pratiques urbaines. Ils  présentent des lieux riches en évènements caractérisés par une  circulation automobile et  piétonne selon différentes configurations et  qui génèrent  divers phénomènes perceptifs tel  que la gêne sonore. La condition première d’une analyse des conditions de manifestations  de cette nuisance sonore est  celle d’une  exploration minutieuse  de la complexité de la  situation sonore, sur différents volets : physique, morphologique et sensible. De là naît notre problématique majeure sur l’existence ou pas de liens entre ces trois  paramètres. Pour répondre à notre objectif, nous abordons notre étude par un protocole  expérimental  in situ de trois volets : l’analyse spatiale, l’analyse des signaux physiques  (mesures acoustiques et enregistrement sonore) et la saisie de la perception sonore (parcours commenté et capteur de stress : Q sensor). Les résultats confrontés ne confirment pas la totalité des hypothèses énoncées. Nous  avons affirmé que  la  perception du stress dans l’espace public est liée à certaines  caractéristiques physiques du signal sonore, et plus précisément, certaines bandes  fréquentielles du signal spécifiques du cadre urbain  Bâti. En effet,  les caractéristiques de  l’environnement architectural et urbain  du cadre urbain étudié  n’expliquent  pas la  manifestation du stress chez les usagers  mais  influencent  le ressenti et les émotions de  l’usager.    

Mots-clés 

Ambiance sonore, stress, carrefour urbain, perception, enquête, signal sonore, composition fréquentielle, capteur de stress, son,  les caractéristiques de l’environnement  architectural et urbain.

 

 Chiraz CHTARA  

Ambiances sonores conditionnées par les gannariyas traditionnelles dans le tissu ancien et celles générées par leurs "reproductions" dans le bâti contemporain

Juin 2012 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement Mohsen Ben Hadj Salem)

 

Dans ce travail, nous nous sommes intéressés aux ambiances sonores conditionnées par les gannariyyas traditionnelles dans le tissu ancien et celles générées par leurs « reproductions » dans le bâti contemporain. L’étude a nécessité une documentation variée sur des travaux scientifiques se rapportant à l’histoire urbaine et sociale, à l’architecture. Le protocole de recherche a associé deux approches : une approche physique comptant une observation in situ des terrains d’étude et le traitement du signal sonore à partir d’enregistrements sonores et de mesures, et une approche sensible comptant des entretiens auprès des usagers de l’espace.  

 Mots-clés  

Ambiances sonores, dispositif architectural, gannariyya traditionnelle, reproduction, gannariyya contemporaine, tissu ancien, bâti contemporain, sources sonores, signal sonore, ondes sonores.

 

Malek  BEN SALAH

Etude exploratoire du rôle ambiantal, énergétique et microclimatique de la végétalisation des surfaces en milieu urbain

Juin 2012 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement Amina Harzallah)

 

Par le piégeage du rayonnement solaire, le jeu des flux thermiques anthropiques liés aux dispositifs de chauffage ou de climatisation, la suppression des phénomènes d’évapotranspiration, le milieu urbain en général est marqué par un phénomène d’îlots de chaleur qui s’avère être une source d’inconfort et de dépenses énergétiques (cela pour les situations estivales en climat tempéré, ou pour un climat de type méditerranéen, comme le climat d’Afrique du Nord). Des réflexions, des expériences et des recherches sont lancées pour évaluer le correctif microclimatique que représente la végétalisation  des faces et surfaces du cadre urbain. Le premier objectif de ce mémoire consiste à dresser un panorama signalétique et critique de ces travaux à partir d’un balayage des publications sur la question. A l’issue de cet inventaire de l’état des connaissances présentes, le second objectif consiste à établir une confrontation des savoirs correspondants avec les particularités d’un climat méditerranéen comme celui de la Tunisie. Ainsi, les spécificités du contexte local en terme de modes de vie, de typologie des formes urbaines, de nature des espèces végétales, de gestion traditionnelle des plantations seront soigneusement étudiées. Des pistes pour atteindre une meilleure efficacité ambiantale et énergétique seront proposées.  

Mots-clés  : Evapotranspiration, milieu urbain, îlot de chaleur, végétalisation, microclimatique, climat méditerranéen, ambiantal, énergétique.

 

 

Ghada  JELLALI

Le rôle de la façade épaisse dans l'ambiance vécue : cas de l'Ecole Porto Farina à Ghar El Melh

Janvier  2012  (Dir . Jean-Pierre Péneau)

 

Cette recherche s’inscrit dans la lignée de la caractérisation ambiantale d’édifices de référence Tunisiens en particulier de l’architecture de la reconstruction. En effet, s’inspirant du patrimoine tunisien et l’interprétant selon une approche nouvelle les architectes de la reconstruction ont créé une architecture inédite qui associe tradition et modernité. La pertinence de cette architecture moderne dans le contexte local est attribuée au recours à des éléments architecturaux traditionnels dans leur forme la plus simple et la plus minimaliste. Cette explication, axée sur les caractéristiques formelles des bâtiments exclue la réalité de l’environnement physique et la question de l’usage. Or, s’il est avéré que cette production, en particulier celle de Jacques Marmey, est exemplaire la raison est également à chercher dans l’ambiance vécue. Cette production se caractérise par son potentiel à protéger l’intimité toute en facilitant l’accès à l’environnement et à autrui. Dans l’école Porto Farina, cette propriété, à l’origine de l’ambiance, est obtenue par le recours à la façade épaisse et à la porosité contrariée qui génère le filtrage de la lumière et des regards.  

Mots-clés  

Façade épaisse, ambiance, ambiances lumineuses, filtrage, environnement, regards.

 

Salma GHARBI  

Efficacité des dispositifs de protection solaire et vécu sensible des habitants  

Janvier  2012  (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement Amina Harzallah)

 

Nous avons essayé dans cette recherche d’étudier les dispositifs de protection solaire transposés de l’architecture internationale, dans celle relative à la période de la reconstruction à Tunis, allant de 1943 à 1955 et plus précisément, celle des immeubles d’habitation collectifs du lotissement d’El Menzah, une nouvelle extension à cette époque là, du centre-ville de Tunis. Les dispositifs étudiés se résument à : une loggia brise-soleil orientée sud-est, une autre loggia orientée nord-ouest, des lamelles verticales orientées nord-ouest et enfin une loggia avec un claustra orientée plein sud. L’objectif était, de porter une appréciation  sur la limite de cette transposition en terme d’efficacité de protection solaire. Cette étude porte sur l’ensoleillement et le niveau d’éclairement du flux direct reçu à l’intérieur des espaces. Nous avons ainsi pu porter un jugement sur l’efficacité de ces dispositifs à travers une campagne de mesures in-situ, des simulations à l’aide d’outils numériques tel que Solène et les outils du site Audience du laboratoire CERMA de l’école d’architecture de Nantes et enfin à travers des entretiens réalisés avec les habitants des immeubles choisis en vue de saisir leur appréciation face au bien-être global dans leur logement. Les résultats obtenus montrent que certains dispositifs apportent une réelle protection solaire, surtout en été tel que la loggia brise-soleil orientée sud-est et la loggia claustra orientée sud, même si le premier dispositif montre, certaines limites pour laisser pénétrer les rayons solaires en hiver. Cependant, d’autres diapositifs tels que les lamelles verticales ou la loggia simple, ne sont pas efficaces dans l’orientation nord-ouest utilisée. Leur utilisation peut être simplement d’ordre esthétique ou fonctionnel.  

Mots-clés : Protection solaire, immeuble d’habitations collectifs, période de la reconstruction, transposition, efficacité, ensoleillement, éclairement direct, bien-être, mesures, simulations, entretiens.

 

2010-2011

Fatma HIZAOUI

 Evaluation de paroles d'usagers et facteurs d'ambiance : Essai méthodologique

 Juin  2011  (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement Hanene Ben Slama)

 

Notre recherche prend  la forme d’un essai exploratoire qui porte  sur l’élaboration d’une triangulation méthodologique associant les instruments nécessaires  à la qualification des  facteurs d’ambiance. Le travail a pour support deux aires socioculturelles différentes, Tunis et Grenoble. Pour saisir ces facteurs aussi bien sonores, visuels, tactiles, climatiques qu’olfactifs il faut tenir compte de la complexité du phénomène de perception qui fait intervenir plusieurs paramètres dont la culture, l’expérience sensible, l’appartenance sociale, les pratiques usagères, les croyances, la mémoire et les habitudes...  

Dans un premier temps, nous avons mis en œuvre  séparément l’analyse statistique par comptage de facteurs d’ambiances, l’analyse de contenu thématique et l’analyse de données schématiques. Ces  traitements  ont permis d’avoir des résultats qui se  sont  révélés variés et riches dans la phase d’’interprétation, mais  qui nécessitaient d’être  restructurés  et ordonnés.   En conséquence, nous avons opéré- en  un deuxième temps - une application de ces différentes méthodes analytiques.

L’application d’un ordre préférentiel nous a permis d‘obtenir les résultats suivants :

*Certaines méthodes d’enquêtes rendent mieux compte des facteurs d’ambiances que d’autres. Ainsi, chaque méthode s’avère plus  ou moins appropriée à un facteur donné (visuel, sonore, olfactif, tactile…).

*Le moment où l’analyse des éléments  graphiques entre en jeu dans la séquence est crucial et décisif pour atteindre l’objectif de  qualification des  ambiances retenu. Ainsi la combinatoire obéit à un ordre préférentiel  d’application.

 

Yosra BOUSETTA

Recherche Exploratoire sur les prototypes sonores architecturaux : Cas des Arcades 

Juin  2011  (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement  Mohsen Ben Hadj Salem)

 

Cette recherche s’appuie sur la méthodologie des prototypes sonores architecturaux. Cette méthodologie est appliquée sur un dispositif architectural spécifique, celui de la « galerie à arcades », un espace public semi-ouvert limité par une série d’arcades qui lui donne un caractère de perméabilité à la voie publique. Cette spécificité architecturale semble porteuse de particularités ambiantales concernant à la fois la perception du signal sonore, et les pratiques et usages qui y sont liés.  

Dans un premier temps, nous entamons une approche anthropologique et physique qui est complétée par la suite par une approche plus centrée sur le dispositif comme objet architectural (l’approche objet). A travers  une analyse de l’environnement urbain avec ses  dimensions construites, sensibles et sociales, nous dégageons les formes du dispositif ainsi que les formalités qui s’y déroulent (les déplacements des usagers, leurs pratiques sociales etc.). L’approche anthropologique et physique nous permet aussi d’analyser les  perceptions des usagers et ainsi révéler les modes d'appréhension des milieux ambiants (autrement dit les formants).  Ces enquêtes sur la vie urbaine dans la galerie  rendent compte de la diversité des qualités sonores de l'espace architectural liées à la présence de la foule.  

Dans un deuxième temps, nous  abordons  l’espace urbain en adoptant de nouvelles approches méthodologiques basées sur des objets intermédiaires ce qui apporte de nouvelles données capables d’intervenir dans le processus de conception de ce type de projet. Dans ce cadre, nous tentons d’établir des fiches expérimentales correspondant à une situation sonore bien déterminée où on confronte données physiques (Formes), données sensibles (Formants) et autres d’ordre usagères (Formalités). Cette démarche qui articule dimensions physiques (constructives et environnementales) et humaines (sensibilité, pratiques, cultures) s’appuie sur une approche pluridisciplinaire mettant en jeu les résultats trouvés, à travers l’approche anthropologique et physique entreprise précédemment ; ce qui permet  de déceler le jeu de co-détermination qui existe entre le dispositif construit, la manière de le percevoir et la façon  d’agir en ce lieu. Ainsi  la catégorisation en Articulation, Limite et Inclusion des situations sonores mises à l’épreuve dans ces fiches est rendue possible.

Cette  classification spatiale surpasse le stade de la  simple lecture  quantitative du cadre sonore, en offrant un référentiel d’analyse et d’observations mettant en valeur le  rapport entre l’usager (producteur récepteur) et son  environnement sonore immédiat.

 

Mouna ZAIRI

Coprésence dans l’espace public : Situations et modes de partage des ambiances ramadanesques

Juin  2011  (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement  Hanene Ben Slama)  

 

Cette recherche s’intéresse aux modalités de partage des ambiances ramadanesques sur une place publique à Tunis. Notre réflexion portera sur la place Halfaouine. Elle représente l’une des places centrales de la ville de Tunis, où un grand nombre d’activités s’y concentrent : commerces, cafés, restaurants, lieux de culte... L’étude de cette place sera basée sur une approche in situ qui nous permettra de cerner au mieux le citadin dans son rapport avec la place publique, son rapport avec autrui et son rapport avec les ambiances urbaines. Nous essayerons de cerner la notion d’expérience collective des lieux et la notion de partage (partage des espaces, des évènements, des ambiances...)

Nous aborderons la thématique du partage des ambiances urbaines par une analyse psychosociale d’enquêtes de terrain, d’observations in situ et de récits de vie recueillis sur la place pendant le mois de ramadan (août-septembre 2010) : une temporalité aux dimensions à la fois spirituelles, cultuelles, culturelles et sociales, qui conditionne notre manière d’être aussi bien dans le privé que dans le public. Comment se manifeste donc le partage des ambiances urbaines sur une place publique à Tunis pendant le mois de Ramadan ? Quelles en sont les conséquences sur les configurations spatiales ? Comment finalement cette appropriation de l’espace public pourrait-elle nous renseigner sur l’évolution et la transformation du cadre sensible de notre quotidien ?

Ce travail nous sera sans doute utile pour mettre en avant l’influence de la dimension culturelle dans la manière de percevoir mais aussi de partager les ambiances urbaines. Nous essayerons de rapporter nos résultats sous deux rubriques:

·  Des modalités de partage des ambiances ramadanesques générées par le phénomène d’imitation.

·  Une typologie exploratoire des ambiances ramadanesques par la mise en relief de l’incidence de la temporalité sur le mode de partage des ambiances ramadanesques sur la place Halfaouine.

 

 

Dhouha TOUIBI

Exploration de situations sonores urbaines ; caractérisation d'effets sonores au moyen des textures audio à la place Bab Bhar

Juin  2011  (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement  Mohsen Ben Hadj Salem)

 

Cette recherche se situe dans la lignée des travaux de recherches sur l’espace sonore et l’environnement urbain, et consiste à caractériser les effets sonores au moyen des textures audio. Cette recherche répond à trois objectifs. Un objectif général de repérage de certains effets sonores au sein de la zone d’étude : la place Beb Bhar. Et deux objectifs spécifiques, dont l’un consiste à montrer la pertinence de l’usage des textures audio, afin d’apporter de nouvelles méthodes de compréhension et de représentation de l’ambiance sonore. Le troisième objectif de nature opérationnel, consiste à développer une carte sonore interactive qui représente différents aspects de la dimension sonore.    

La recherche s’est déroulée en deux phases. Une phase théorique de recherche bibliographique sur les notions d’effets sonores, textures audio et cartographie sonores. Une phase analytique, qui reposait sur la confrontation de trois méthodes d’analyse : l’observation directe, le questionnaire semi-ouvert auprès des usagers et les analyses des enregistrements effectués sur site par la méthode des textures audio.

Les résultats obtenus ont révélé des concordances et divergences entre ces différentes techniques. Mais ils ont pu montrer l’apport des textures audio dans la caractérisation et la visualisation des certains effets sonores. Ces visualisations de textures audio ont pu enrichir le domaine de la représentation graphique des phénomènes sonores et urbains et ont contribué à l’évolution de la cartographie sonore.

 

Toumadher AMMAR

Le Quartier de Bhar Ezzebla à Sousse, analyse urbaine et ambiantale  .

Juillet  2010 (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement Leila Ammar et Alia Ben Ayed)

 

Les réflexions menées sur l’aménagement des espaces urbains, ont toujours accordé une plus grande importance à la dimension spatiale qu’à la dimension sensible. Dans ce mémoire nous nous sommes investis dans un travail de caractérisation double du quartier de Bhar Ezzebla afin d’aboutir à la mise en place de concepts d’aménagements futurs axés à la fois sur un mixage entre les données spatiales et les données ambiantales.
Ce quartier de la ville de Sousse est représentatif du centre de la ville, il apparaît comme un espace en marge de l’évolution et du statut présent de cette dernière.
Au travers de l’analyse spatiale, nous nous sommes donnés de définir les grandes entités morphologiques de ce quartier sur la base de données recueillies depuis une cartographie représentative des différentes caractéristiques du tissu et du bâti ainsi que d’une approche qualitative du paysage. En un deuxième temps nous avons procédé à une caractérisation des ambiances physiques et sensibles de ce lieu. Le son, la lumière, le vent, l’odeur ainsi que le ressenti provoqué et inspiré aussi bien par ces modalités là que par la composante bâtie, ont fait l’objet de cette seconde phase de caractérisation.
Par un travail bibliographique rigoureux sur les ouvrages et les recherches ayant traité des méthodes d’appréhension de l’espace urbain et des ambiances nous sommes parvenus à mener à terme ce travail et de rendre compte surtout de la relation qui peut y avoir entre la forme matérielle et l’aspect immatériel d’un espace urbain ainsi que leur impact sur les modalités usagères.
Mots clés: Dimension spatiale- dimension sensible- analyse spatiale- entités morphologiques ambiances– le son-la lumière- le vent-l’odeur- le ressenti.
 

Amel BOUGEH

Les ambiances  sonores  dans les  mosquées : Etude du sonore  comme générateur du vécu sensible du lieu de  culte

Juillet  2010 (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement Olfa Meziou)

 

Amira  GHAZEL

Les ambiances sonores  conditionnées par  la  Gannariya, approche  comparative  dans l’environnement  traditionnel et dans l’habitat collectif  contemporain 

Juillet  2010 (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement  Mohsen Ben Hadj Salem)  

 

Le thème principal de ce mémoire de master concerne l’emprunt d’éléments architecturaux traditionnels et leur insertion dans l’architecture contemporaine, en l’occurrence, la reproduction de la gannarya sur les façades de l’habitat collectif contemporain. Ce travail tente d’évaluer puis de qualifier l’effet du recours à ce dispositif architectural traditionnel sur l’ambiance sonore à l’intérieur du logement. L’objectif de notre recherche vise à dégager le rôle de la gannarya dans l’écoute de l’environnement sonore urbain à l’intérieur de chez soi.  

Pour mener à bien notre recherche, en tentant de prendre en considération plusieurs critères (immeubles d’habitation, tissu urbain moderne, voies véhiculaires fréquentées, placage de gannarya à esthétique traditionnelle), nous avons cherché à identifier l’impact de l’usage de la gannarya sur l’ambiance sonore intérieure du logement. Après avoir balayé les notions théorique inhérentes à notre recherche (habitat collectif, ambiance, confort sonore), nous avons mis en oeuvre une méthodologie combinant la récolte de corpus portant à la fois sur les aspects perceptifs (vécu des habitants) et métrologiques (mesures, fréquences, etc.)

Notre terrain d’application est la résidence « Le Carrefour » à Tunis, construite au début des années 1990. Il s’agissait de démontrer les propriétés filtrantes ou amplificatrices du dispositif gannarya sur l’ambiance sonore intérieure. Le vécu sensible recueilli dans les propos des habitants corroboré avec les mesures et l’analyse fréquentielle effectuées sur des enregistrements sonores, nous permet d’avancer que la gannaraya agit différemment sur les signaux sonores extérieurs suivant la qualité de la limite architecturale qu’elle engendre. En effet, une gannarya aménagée génère une amplification des fréquences aigues, tandis que le même dispositif architectural non aménagé, généré un filtrage.

Nous avons élaboré ce travail dans le but de sensibiliser les corps du métier dans le bâtiment, spécialement les architectes, que le recours à de telles pratiques architecturales doit prendre en compte les usages et les pratiques. En effet, le dispositif gannarya ne doit pas être considéré par les concepteurs comme uniquement un dispositif spatial ou technique mais sensible. 

 

Cyrine BOUAGILA

Les  espaces de sacralité areligieuse.Etude des  dispositifs et  dispositions  des  ambiances de la sacralité dans les lieux areligieux 

Juillet 2010 (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement  Olfa Meziou)  

 

Donia ATOUANI

Rôles fonctionnels et esthétiques de la lumière dans les souks de la médina de Tunis 

Juillet 2010 (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement  Hanène Ben Slama)

 

Notre recherche s’intéresse aux ambiances lumineuses générées par des dispositifs traditionnels ainsi que par la lumière artificielle dans un espace urbain spécifique «  les souks de la médina de Tunis ». Nous avons essayé de déterminer les rôles fonctionnels et esthétiques de la lumière dans le tissu soukier. Dans un premier temps, nous avons traité des  déterminants physiques des ambiances lumineuses dans le but de quantifier la lumière générée par les souks. Outre cette dimension physique, nous avons essayé dans un deuxième temps de qualifier ces ambiances et d’appréhender le sensible. Nous avons abordé les ambiances lumineuses à travers le vécu sensible des usagers. Dans un dernier temps nous avons corrélé l’aspect physique de ces ambiances et l’aspect sensible qui se manifeste à travers les enquêtes entreprises auprès des les usagers.  

A l’issue des mesures in situ, d’un travail bibliographique (sur les principes et méthodes d’évaluation des paramètres physiques des ambiances lumineuses) et à travers l’appréciation des pratiques et du vécu sensible des usagers, nous avons dégagé des spécificités ambiantales. La caractérisation plus fine de celles-ci pourra faire  l’objet  d’un travail de recherche futur.

En conclusion, nous pouvons confirmer que l’éclairage artificiel est un facteur  déterminant des ambiances lumineuses dans les souks de la médina de Tunis. Nous avons aussi montré que malgré la non-conformité aux normes, les souks apparaissent comme des espaces originaux et agréables.

 

Eya  MARHOUG

Deux  dispositifs d’éclairement  traditionnels : spécificité lumineuse et  adaptabilité usagère

Juillet 2010 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement  Amina  Harzallah)

 

Dans ce travail, nous avons tenté d’étudier  les modalités d’usage et de transposition de deux dispositifs  d’éclairement  traditionnels,  à  savoir  le  kharrãj  et  les  fenêtres  basses,  à  travers l’observation  de  leur  intégration  dans  deux  contextes  spatio-temporels  différents :  le  contexte originel  des  demeures  traditionnelles  de  la médina  de Tunis  (XVIe-XVIIIe  siècle)  et  celui  des architectures  domestiques  contemporaines.  Cette  étude  a  été  abordée  selon  deux  approches, menées parallèlement : une approche physique comptant à relever  les  spécificités  lumineuses des dispositifs  étudiés,  ainsi  qu’une  approche  sensible  servant  à  dégager  les  différents  modes d’appropriation et de qualification de l’espace vécu par l’être humain qui l’occupe. Notre objectif étant  essentiellement  de  parvenir  à  définir  des modalités  de  transposition mieux  adaptées  des dispositifs  d’éclairement  naturel  étudiés,  lors  des  opérations  de  conception  futures  des  habitats  contemporains.

Hayfa FADLAHOUI 

Le  dispositif  patio : évaluation caractérisée

Juillet 2010 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement  Amina  Harzallah)  

 

Leila EZZINA

Caractérisation des ambiances des  espaces  commerciaux : approche comparative entre le marché « Lafayette » et  le super marché « Champion "

Février  2010 (Dir. Jean-Piere Péneau, co-encadrement Olfa Meziou)

Malek DEROUICHE

Vers une optimisation de  quelques dispositifs solaires pour  le Grand  Tunis

Juillet 2010 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement  Amina  Harzallah)

 

Zeineb DRAOUI

Réflexions sur les objets intermédiaires de  conception architecturale  dans  la procédure référentielle à caractère  ambiantal 

Juillet 2010 (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement  Olfa Meziou)


Le travail de recherche proposé s’inscrit dans un ensemble de réflexions et d’investigations qui explorent la question de la procédure référentielle dans la conception architecturale en précisant qu’il se s’agisse pas de reproduire à l’identique des œuvres jugées exemplaires. L’intérêt se porte alors sur le processus de conception en tant qu’ensemble d’opérations cognitives supportées par une instrumentation susceptible de constituer un cadre méthodologique et opératoire pour la conduite à projet. La greffe des préoccupations ambiantales sur une telle instrumentation permet de développer une approche croisée des différentes disciplines inhérentes à la conception architecturale. Nous exposerons les principes et les modalités de cette instrumentation que nous désignons par « objets intermédiaires de conception », en mettant l’accent sur la notion de « pattern ambiant ». Cette dernière se rattache à une méthode de caractérisation et de conception des ambiances architecturales qui s’articule autour de l’identification de « scènes d’ambiance types » pouvant former des « modèles d’ambiance ». Cette méthode nous permet tout d’abord de construire notre propre méthode de caractérisation. Il s’agit de mettre en évidence des scènes d’ambiance spécifiques à une œuvre de référence et à sa réplique dont la comparaison permettra d’argumenter l’intérêt d’une instrumentation orientée ambiance dans la procédure référentielle du projet par opposition à une démarche intuitive qui peut se limiter à une manipulation passive d’images. Ensuite, il s’agit de d’explorer la notion de « pattern ambiant » telle qu’elle a été proposée pour concevoir l’ambiance. La mise en correspondance avec d’autres objets intermédiaires de conception synthétise ce travail en portant une réflexion sur les potentialités de cette instrumentation à intégrer une meilleure prise en compte des facteurs d’ambiance dans le projet.

 

Olfa DIMASSI

Etude  des préoccupations  ambiantales de l’architecte  italien Giancarlo De Carlo

Juillet 2010 (Dir . Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement  Olfa Meziou)

  

Onsa  LAHIANI

Les  représentations  de l’ambiance chez  les architectes : entre pratique et  enseignement

Juillet 2010 (Dir. Olfa Meziou)

L’objectif ultime de toute recherche scientifique dans le domaine de l’architecture étant son utilisation au niveau du projet architectural, il nous a semblé important de faire un état des lieux du degré de diffusion des connaissances sur l’ambiance construite par l’ERA chez les architectes en Tunisie. Nous avons pour cela étudié les représentations de l’ambiance chez les architectes praticiens, enseignants et étudiants en ayant recours à la théorie des représentations sociales. Nous avons ainsi pu déterminer les représentations de l’ambiance des différents acteurs du projet et leurs structures qui constituent le résultat du processus d’objectivation.

L’étude des représentations de l’ambiance chez les praticiens et les étudiants a montré qu’elle  recouvre pour eux le thème du décor, qui est une notion voisine, et celui de la lumière qui renvoie à l’expression lumière d’ambiance. Quant aux enseignants, l’ambiance recouvre pour eux le thème du sensoriel.

Pour expliquer ces représentations, nous avons analysé le savoir transmis par les médiateurs. Pour cela, nous avons, d’abord, analysé le numéro 14 d’Archibat dédié à l’ambiance  qui a montré l’hégémonie du visuel, la prédominance du thème du décor ainsi que la présence d’une ambigüité dans la différenciation entre décor et ambiance. Nous avons, ensuite, analysé le contenu de l’enseignement de l’architecture de l’ENAU qui a montré que l’approche de l’architecture enseignée est trop technicienne. Ainsi, nous avons pu confirmer l’hypothèse de causalité de l’enseignement et des médias.

L’étude des représentations des trois groupes sociaux a révélé les thèmes par lesquels l’ambiance pourrait être introduite dans l’enseignement et la pratique architecturale qui sont des thèmes appartenant aux zones potentielles de changement situées dans les zones proches du noyau central des représentations. Nous avons remarqué que la plupart de ces thèmes s’inscrivent dans le thème du développement durable. Nous avons aussi pu confirmer l’hypothèse que le développement durable permet d’introduire la notion chez les architectes. En effet, la législation tunisienne en matière de développement durable, notamment en maitrise d’énergie, constitue une situation contraignante pour les architectes, imposant des pratiques de prise en compte du confort. Etant le point de convergence entre le développement durable et l’ambiance, sa prise en compte permettra d’instaurer de nouvelles pratiques qui à terme changerait les représentations de l’ambiance chez les architectes.

Ces résultats nous ont amené à penser que les représentations de l’ambiance chez les architectes et les étudiants sont plutôt celles de l’idée d’ambiance et non pas de la notion d’ambiance architecturale et urbaine. Nous avons utilisé les thèmes situés au niveau des zones potentielles de changements comme moyens d’introduction des ambiances au niveau de l’enseignement. En fait, nous avons proposé des changements au niveau de l’enseignement du projet selon les niveaux d’étude en intégrant à la fois les thèmes en question, le développement durable, la simulation et l’intersensorialité.

 

2009-2010

Safa ACHOUR

Le  vécu des  ambiances lumineuses dans le salon de  thé

Octobre 2009 (Dir. Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement  Mohsen Ben Hadj Salem)

 

Les ambiances architecturales naissent à partir de la rencontre entre caractéristiques physico-spatiales et perception humaine. Pour comprendre ce phénomène des ambiances, nous optons pour une approche qui met l’accent sur le vécu sensible des usagers. Cette recherche aborde le thème de la qualification et la perception des ambiances, en particulier lumineuses, par les femmes tunisiennes au sein des salons de thé. Pour cela, nous avons fait le choix d’une méthode d’investigation in situ, qui associe mesures physiques, questionnaires et observations de scènes à différents moments. Celles-ci sont analysées de manière à mettre en évidence les relations déterminantes entre, d’une part, les comportements et usages, et d’autre part les facteurs physiques et spatiaux. Chaque combinaison de ces facteurs génère des scènes d’ambiances particulières, ce qui nous a permis de les identifier, de préciser leurs caractéristiques et de faire ressortir leurs conditions d’apparition. Ces résultats incitent à mieux intégrer le paramètre de l’usage et de la perception dans le travail de conception architecturale.

 

Sonia BEN HAMMED

Evaluation des  ambiances lumineuses  dans l’habitat troglodytique. Le cas du village de  Matmata 

 Octobre  2009 (Dir. Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement  Mohsen Ben Hadj Salem)

 

Dans cette recherche, nous nous sommes intéressés au phénomène lumineux dans l’habitat troglodytique, plus précisément dans le cas des houches creusés en puits sur deux niveaux au village de Matmata (sud de la Tunisie). Ce travail porte sur la quantité et la qualité de la lumière appréhendée  en regard des pratiques des  espaces domestiques  correspondant. La démarche entreprise s'appuie, d'une part, sur le vécu sensible des habitants (approche qualitative) et d'autre part, sur les relevés métrologiques et les simulations (approche quantitative). Dans un premier temps, nous avons analysé l’habitat troglodytique de Matmata, la spécificité du mode d'occupation de l’espace et la perception des habitants sous l’angle de la lumière naturelle. Dans un second temps, notre démarche s’est appuyée sur une investigation in-situ, un recueil de données combinant les mesures physiques, les entretiens semi-directifs et les observations. Dans un troisième temps, nous avons procédé à des simulations numériques de l’ensoleillement et de l’éclairement sur les maisons choisies comme corpus d’étude. Ces méthodes ont permis de mettre en évidence les relations entre la lumière comme matière physiquement mesurable et les usages, ainsi que la correspondance entre les modalités du vécu dans l'espace et les différents formes et temporalités que prend la matière "lumière".

Cette corrélation nous amène à évaluer les ambiances produites dans ces houches et  à étudier leurs répercussions sur l’utilisation quotidienne de l’espace par les usagers.

 

2008-2009

Fakhreddine  GHARALI

La  muséographie céramologique. Vers la réduction de la distance perceptive à l’objet 

Juin 2008 (Dir. Jean-Pierre Péneau)

 

Faten HUSSEIN

Pour une approche sensible de l’espace domestique de la personne âgée handicapée

Février 2008   (Dir. Jean Pierre Péneau)  

 

Cette recherche propose de mettre en évidence comment l'espace domestique se construit au niveau sensoriel et de distinguer les traces, marques et les modes d'expression sensoriels qui participent à la qualification de l'espace domestique de la personne âgée handicapée. Le travail est scindé en deux grandes parties. La première propose un balayage bibliographique exhaustif, grâce auquel nous étudierons les notions de perception, d’ambiance, de vieillesse et d’handicap sous toutes leurs coutures. Nous les rallierons en un second temps à la notion d’espace domestique. La seconde partie, visant à construire un protocole de saisie des données sensibles du domicile et à le mettre en œuvre par la suite en l’expérimentant sur le cas d’une personne âgée handicapée, a porté sur un seul espace domestique. Grâce à deux expériences sensibles menées dans ce même espace, l’une ponctuelle et l’autre se caractérisant par l’accoutumance aux lieux, nous avons pu recueillir et interpréter les données issues de l’analyse linguistique, et plus particulièrement de l’analyse lexicale des formations discursives issues des discours des personnes interrogées. Chaque stratégie sensorielle adoptée pour pallier à un handicap donné est discutée en mettant en relation les descriptions filtrées par modalité sensorielle et les trajets d’exploration perceptive de l’espace domestique, élaborés par les différents enquêtés.

 

Hajer  BEJAOUI

Pour une approche sensible de l’espace éducatif  pré-scolaire 

Juin 2008 (Dir. Jean-Pierre Péneau, co-encadrement  Feriel Mezghani)

 

Imène SLAMA

Les ambiances lumineuses dans les « maisons de plaisance » husseinites du XVIIIes et du XIXes (1750-1880)  

Juin 2008 (Dir. Jean-Pierre Péneau, Co-encadrement Hind Karoui)

 

Les environs de Tunis étaient connu au XVIIIe et XIXe siècles par la multitude de maisons de plaisance de la bourgeoisie tunisoise. Notre recherche se propose d’étudier les ambiances lumineuses à l’intérieur de ces résidences secondaires et s’inscrit dans la continuité d’un précédent travail de recherche portant sur les maisons bourgeoises citadines de l’époque husseinite. Notre objectif est de dégager les spécificités de l’espace domestique de plaisance par rapport à son homologue citadin et de l’interpréter en fonction des variations lumineuses internes et en corrélation avec les types d’usage et les exigences socioculturelles de l’époque.

 La première partie de ce travail tente de définir les maisons de plaisance en s’intéressant à leur typologie et à leurs particularités architecturales et environnementales.   La seconde partie est un essai de reconstitution du mode de vie et des usages des habitants pendant la période de villégiature. Des mesures de l’éclairement effectuées in situ dans quelques espaces représentatifs des ces résidences secondaires sont exposées dans la troisième partie. Elles ont servi à établir différentes cartographies illustrant la répartition de l’éclairement à l’intérieur de ces espaces selon différents scénarios d’usage. En conclusion, nous avons démontré qu’en dépit des ressemblances morphologiques apparentes entre les demeures citadines et les maisons de plaisance, ces dernières présentent des « spécificités lumineuses » qui lui sont propres et qui ont influencé  le rituel d’usage  des habitants.

 

2007-2008

Zeineb OUHEIBI

Effusivité et sensation de fraîcheur dans l’habitat : le revêtement au sol et sur les parois  

Juin 2007 (Dir. Jean Pierre Péneau, Co-encadreur Chédly Souga)

Partant du postulat qui reconnaît aux tissus traditionnels des médinas une maîtrise de l’ambiance thermique et une adaptation aux conditions environnementales, nous essayerons, dans ce travail, de saisir les dispositifs capables de répondre aux aspirations de leurs usagers. Notre travail prend appui sur l’habitat traditionnel de Kairouan. Il s’agit d’étudier l’impact des matériaux de revêtements sur l’ambiance thermique des espaces habitables et par conséquent sur la sensation de fraîcheur qui en dérive. Deux volets seront pris en compte tout au long de cette recherche. L’un relatif à la quantification des paramètres d’ambiances intégrant les caractéristiques physiques des matériaux et notamment leur effusivité thermique et l’autre à la qualification  du phénomène en terme de modalités d’usage et  de perception. La double évaluation « ambiantale » qui en émane sera appréhendée suite à la combinaison du savoir technique, de la performance physique et des types d’appropriation et d’occupation de l’espace. Nous nous fixons comme objectif de dégager une référence d’un « objet ambiant » susceptible de produire une sensation de fraîcheur et de bien-être non négligeable.

 

2006-2007

Feiza TRIKI

Comprendre une ambiance : un essai d’exploration phénoménologique de la notion à partir de l’exemple du Djnèn sfaxien 

Mai 2006 (Dir. Jean Pierre Péneau)

Ce travail se  propose d’explorer la  possibilité de construire, à partir d’un examen raisonné  du djnên sfaxien et du vécu de ses habitants, une référence architecturale orientée sur la  dimension ambiantale. A cette fin, nous tentons de construire une connaissance scientifique et holiste de l’Ambiance du djnên. La majuscule, attribuée au terme usuel, traduit le choix de concevoir l’Ambiance  comme un identifiant global du lieu djnên. Pour ce faire, nous abordons l’être au monde de ce dernier. A partir de ce positionnement phénoménologique, nous nous inscrivons ensuite dans la mouvance des sciences cognitives et dans les nouveaux impératifs scientifiques correspondants. Ce faisant, nous espérons comprendre l’Ambiance du djnên, dans ses dimensions imprécises, ambiguës et dynamiques.   La méthodologie mise au point pour atteindre ces objectifs, associe la méthode de l’observation participante, la conversation interactionnelle et l’analyse par thèmes ou frames. Dans cette approche, la connaissance de l’Ambiance est une co-construction partagée entre l’habitant du djnên et le (ou les) chercheur(s) ; puisque la démarche appelle une construction transdisciplinaire de cette référence architecturale ambiantale.

 

Rym el KAMEL

Quantification et qualification des ambiances lumineuses et visuelles dans un espace public arabo-musulman : Les souks de la médina de Tunis 

Mai 2006 (Dir. Jean Pierre Péneau)

Par le biais des ambiances architecturales et urbaines, nous avons essayé de caractériser et d’évaluer la qualité de vie dans les espaces publics arabo-musulmans que sont les souks de la médina de Tunis. Notre travail prend appui sur les approches suivantes : la première concerne l’évaluation de l’impact du dispositif architectural sur la qualité des ambiances lumineuses et visuelles, la deuxième approche porte sur l’appréhension de l’environnement sensible du souk par le mouvement. Quant à la dernière, elle met en valeur la saisie de la dimension inter-sensorielle des formes perçues dans ces espaces publics. A l’issue des mesures in situ, d’un travail bibliographique sur les principes et méthodes d’évaluation des paramètres physiques des ambiances lumineuses et à travers l’appréciation des pratiques du vécu sensible des passants, nous proposons ce qui pourrait être un moyen d’investigation de ces lieux de références. Dans le but de préparer un travail ultérieur de recherche, nous nous sommes initiés à travers ce mémoire aux méthodes scientifiques et rigoureuses développées par le CRESSON et le CERMA.

 

2005-2006

Alia BEN AYED

Le recours aux éléments architecturaux traditionnels dans l’habitat collectif contemporain. Extériorisation d’un écart 

Mai 2005 (Dir. Jean Pierre Péneau)

Le recours aux décorations de façades de type patrimonial, caractérise l’architecture tunisienne des vingt dernières années. Ce travail concerne l’évaluation de l’impact de ces décorations sur la qualité des ambiances lumineuses, thermiques et sonores à l’intérieur du logement. Notre travail prend appui sur les gannariyyas présentes sur les façades de l’ensemble résidentiel « Le Carrefour » à Tunis, construit au début des années 90. Nous avons cherché à appréhender les conditions d’un traitement scientifique des ambiances générées par la présence de ce dispositif. A l’issue d’un travail bibliographique sur les principes et les méthodes d’évaluation des paramètres physiques de ces ambiances et d’appréciation des modalités du vécu sensible des habitants, nous proposons ce qui pourrait être l’équivalent d’un cahier des charges des investigations à entreprendre. Notre objectif est de prendre la mesure de l’apport des différentes disciplines pour l’architecture, et de nous initier aux méthodes scientifiques et protocoles rigoureux qu’il convient de mettre en œuvre, et ce afin de préparer le travail ultérieur de recherche.

 

2004-2005

Dorra AYARI

Contribution à l'étude de l'ensoleillement du théâtre antique grec 

Mars 2004 (Dir. Jean Pierre Péneau)

L’objet de ce mémoire est d’étudier l’orientation et l’ensoleillement du théâtre antique grec et de s’interroger sur les conditions dans lesquelles se trouvaient les spectateurs de l’époque, en regard de ce phénomène. Pour cela, nous avons rassemblé des informations nécessaires à la compréhension de la logique d’implantation de ce type d’édifices par rapport aux sites qui les accueillaient, et tentées de restituer une part des conditions climatiques dans lesquelles avaient lieu les représentations. Appuyée sur un exemple, que nous avons modélisé en vue de simulations préalables d’ensoleillement, cette étude vise à construire une méthodologie d’approche et d’analyse qui pourra servir de base à d’autres recherches, permettant ainsi d’élargir le champ d’investigation sur d’autres théâtres. Les cinq temps de ce mémoire correspondent en premier lieu à une présentation historique, sociologique, architecturale et urbaine des théâtres antiques grecs. Cette partie est suivie par le choix d’un exemple représentatif parmi ces derniers, qui servira de modèle pour les simulations d’ensoleillement et dont nous explorons, au préalable, l’environnement géographique, climatique, historique et urbain. La modélisation du théâtre choisi, puis, l’application des simulations d’ensoleillement et l’étude des conditions climatiques dans lesquelles se trouvaient les spectateurs, constituent la troisième partie de ce mémoire. Dans la quatrième partie, nous passons à l’interprétation détaillée des résultats dérivant des opérations précédentes de simulation en rapport avec le contexte climatique du théâtre. Enfin, le cinquième volet établit un inventaire des constructions théâtrales identifiées comme étant de type grec et une statistique qui porte sur leurs orientations cardinales et secondaires. La visée de cette étude est de parvenir à identifier la nature de la relation qui se trouve entre le choix de l’orientation du Théâtre Antique Grec, plus précisément, de son ensoleillement et le vécu sensible des spectateurs qui en avaient l’usage.

2002-2003

Hind KAROUI

Qualification des ambiances lumineuses à l’intérieur des grandes demeures bourgeoises Husseinites édifiées dans la Médina de Tunis entre 1704 et 1814  

Février 2003 (Dir. Jean Pierre Péneau)

Dans ce travail, nous nous sommes intéressée à la variation qualitative des ambiances lumineuses dans les grandes demeures édifiées entre 1704 et 1814 et qui ont appartenu à la khãssa de Tunis. L’étude nécessitant une documentation variée à tendance historico-sociale, a été abordée selon une approche englobant deux aspects complémentaires : l’un descriptif et l’autre interprétatif. Une telle démarche a été envisagée, de façon à pouvoir analyser le phénomène dans sa relation d’interactivité avec, d’un côté l’espace domestique et de l’autre, les usagers. Nous avons tenté ainsi de montrer l’importance des variations lumineuses dans la vie quotidienne des occupants (hommes, femmes, jeunes-filles et enfants), et aussi dans la mise en valeur de la décoration intérieure, signe du prestige et de la richesse de la famille. A ce sujet, nous avons relevé les dénotations fonctionnelles de la lumière naturelle (rendre aisé le déroulement des tâches et activités quotidiennes), ainsi que les connotations symboliques (démarcation de la hiérarchisation sociale et familiale) et spirituelles ou religieuses (conjuration du mal, protection divine…) pour mieux lire l’espace domestique et essayer de le décoder.

 

-->

Les environs de Tunis étaient connu au XVIIIe et XIXe siècles par la multitude de maisons de plaisance de la bourgeoisie tunisoise. Notre recherche se propose d’étudier les ambiances lumineuses à l’intérieur de ces résidences secondaires et s’inscrit dans la continuité d’un précédent travail de recherche portant sur les maisons bourgeoises citadines de l’époque husseinite. Notre objectif est de dégager les spécificités de l’espace domestique de plaisance par rapport à son homologue citadin et de l’interpréter en fonction des variations lumineuses internes et en corrélation avec les types d’usage et les exigences socioculturelles de l’époque.

 

La première partie de ce travail tente de définir les maisons de plaisance en s’intéressant à leur typologie et à leurs particularités architecturales et environnementales.

 

La seconde partie est un essai de reconstitution du mode de vie et des usages des habitants pendant la période de villégiature.

 

Des mesures de l’éclairement effectuées in situ dans quelques espaces représentatifs des ces résidences secondaires sont exposées dans la troisième partie. Elles ont servi à établir différentes cartographies illustrant la répartition de l’éclairement à l’intérieur de ces espaces selon différents scénarios d’usage.

 

En conclusion, nous avons démontré qu’en dépit des ressemblances morphologiques apparentes entre les demeures citadines et les maisons de plaisance, ces dernières présentent des « spécificités lumineuses » qui lui sont propres et qui ont influencé  le rituel d’usage  des habitants.